Résistance au changement

Le conservatisme au sens générique est un phénomène psychologique assez courant, nommé aussi résistance au changement ou immobilisme, consistant à désirer,...



Catégories :

Psychologie du travail - Gestion des ressources humaines - Biais cognitif

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • En termes de représentations et d'idées, la résistance au changement est ..... dynamique évolutive, où on demande au sujet d'aller au-delà de ce qu'il... (source : actif-online)

Le conservatisme au sens générique est un phénomène psychologique assez courant, nommé aussi résistance (ou aversion) au changement ou immobilisme, consistant à désirer, et tenter d'obtenir par diverses formes de comportements d'opposition ou de préservation, le maintien du statu quo par aversion à l'incertitude.

Le terme vient de conserver; du latin conservare, «maintenir, observer (une loi, une coutume)» composé de servare «préserver, garder».

Domaines où ce phénomène est répandu

Par exemple en finance il conduit à l'aversion à la dépossession de la part des détenteurs d'actifs financiers, immobiliers.

Le conservatisme se retrouve aussi en politique.

Enfin la résistance au changement est spécifiquement étudiée en psychologie du travail.

Biais conservateur et psychologie du travail

L'une des approches psychologie clinique du travail considère le phénomène des résistances au changement comme le symptôme du besoin de chaque sujet de se voir reconnu par les autres comme apportant une contribution efficace au monde (et aussi une belle contribution, dans le sens d'une belle façon de travailler). Pour cela, toujours faut-il disposer d'un référentiel commun permettant à chacun de porter un jugement sur le travail des autres. La tradition permet alors au sujet de se voir reconnu comme œuvrant bien et utilement, ce qui lui sert à se sentir exister (confirmation de son identité). Ce regard des autres fonde aussi la possibilité des sujets de coopérer, ce qui ne pourrait être fait si le sens des conduites des uns échappait aux autres.

Ainsi, les résistances au changement traduisent ce besoin de repères, que l'importation rapide d'une nouvelle façon de travailler, non comprise par les sujets, risque de brouiller. D'où les questionnements suivants, si une nouvelle technique n'est pas comprise : a-t-elle été peu/pas expliquée ? prend-elle vraiment en compte le réel de l'activité des sujets ? les sujets ont-ils été associés à sa conception ? leur a-t-on permis de s'approprier le futur changement et de construire leurs nouveaux repères autour (quitte à ce que le changement final soit altéré comparé au projet d'origine, pour prendre en compte les besoins des travailleurs)  ?

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : changement - sujet - résistance - travail - sens - phénomène - aversion - psychologie - biais - besoin - conservatisme - statu - quo - reconnu - contribution - belle - façon - travailler - repères - nouvelle -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistance_au_changement.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 28/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu